Un des obstacles majeurs qui nous empêche de sortir de notre zone de confort est la crainte de passer pour un imposteur, de ne pas être digne du poste ou de la fonction, de ne pas être assez qualifié pour faire ce que nous envisageons de faire.

Cette crainte, qui concerne beaucoup d’entre nous, c’est le syndrome de l’imposteur.

L’actrice (et ancienne de Harvard) Natalie Portman a très bien décrit le doute d’elle-même qu’elle a ressenti en tant qu’étudiante à Harvard lors d’un poignant discours d’ouverture, il y a plusieurs années : « J’avais l’impression qu’il y avait eu une erreur, » dit-elle, « que je n’étais pas assez intelligente pour être là, et qu’à chaque fois que j’ouvrais la bouche, je devais prouver que je ne n’étais pas juste une actrice stupide . » Howard Schultz, le Président de Starbucks a quand à lui révélé que lui-même et d’autres PDG qu’il connaît, ressentent la même chose : » Très peu de gens, qu’ils aient été dans ce poste avant ou non, s’assoient dans le fauteuil et pensent qu’ils sont maintenant qualifiés pour être le patron. Ils ne vous le diront pas, mais c’est la vérité « .

Que pouvons-nous faire pour surmonter ces sentiments d’insuffisance que tant d’entre nous connaissent ?

Reconnaitre les avantages d’être novice

Une première astuce est quelque chose que Natalie Portman souligne dans son discours de Harvard et que j’ai trouvé très utile: Reconnaître les avantages d’être novice. Nous ne le réalisons peut être pas, mais il y a de grands avantages à être nouveau dans un domaine. Lorsque nous ne sommes pas tout entier pétris de la sagesse conventionnelle d’une profession donnée, nous pouvons poser des questions qui n’ont pas été posées avant ou aborder les problèmes d’une façon à laquelle d’autres n’ont pas pensé.

Cela est vrai dans les affaires également. La compagnie pharmaceutique Eli Lilly a créé une plate-forme de crowdsourcing appelé InnoCentive, à travers laquelle des innovateurs extérieurs sont payés pour résoudre les problèmes épineux auxquels la société est confrontée. Et cela fonctionne! En fait, selon une étude réalisée par Karim Lakhani de Harvard Business School, de nombreux problèmes sont résolus par ceux qui sont en dehors du domaine en question – Des physiciens résolvent des problèmes de chimie, par exemple. Donc, la prochaine fois que vous vous sentez inadéquat dans un domaine particulier, rappelez-vous qu’en tant qu’outsider au rôle en question, vous pourriez avoir le point de vue le plus critique et innovant de tous.

Etre dans un état d’esprit d’apprentissage

Une deuxième astuce pour lutter contre le syndrome de l’imposteur est de nous concentrer davantage sur ce que nous apprenons que sur notre efficacité dans l’action. Selon le psychologue Carol Dweck, ce que nous ressentons avec le syndrome de l’imposteur sont des sentiments que nous pourrions effectivement être en mesure de contrôler. Avec un état d’esprit de performance, qui est souvent celui des gens souffrant du syndrome de l’imposteur, nous avons tendance à voir nos sentiments d’insuffisance ou les erreurs que nous faisons comme la preuve de nos limites sous-jacentes. Cet état d’esprit ne fait qu’alimenter les préoccupations que nous avons d’être inadaptés à notre travail. Il y a quelque chose que nous pouvons cultiver à la place : un état d’esprit d’apprentissage. Dans cette perpective, nos limites sont vécues différemment. Nos erreurs sont considérées comme une partie inévitable du processus d’apprentissage plutôt que comme des preuves de nos faiblesses sous-jacentes.

Relativiser

Cela nous amène à la troisième astuce : Comprendre la puissance de la perspective. Ceux d’entre nous qui souffrent du syndrome de l’imposteur ont souvent l’impression qu’ils sont les seuls à ressentir cela, mais la réalité est très différente. Selon un récent sondage réalisé par Vantage Hill Partners, être considéré comme incompétent est la crainte numéro un des cadres dans le monde entier. Donc, si vous avez le sentiment d’être un imposteur, il y a des chances pour que d’autres dans votre situation ressentent exactement la même chose. Ou, comme Tina Fey l’a dit une fois en plaisantant: «Je me suis rendu compte que presque tout le monde est une imposture, alors j’essaie de ne pas se sentir trop mal à ce sujet. »

Cela peut ne pas être facile, mais surmonter le syndrome de l’imposteur est possible – vous n’avez pas besoin de vous sentir impuissant ou seul. La prochaine fois que vous êtes dans une situation dans laquelle vous vous sentez complètement en dehors de votre zone de confort, ne vous concentrez pas sur vos échecs. Considérez-la comme l’occasion d’apprendre de vos faux pas et de donner naissance à une nouvelle perspective que les autres ne peuvent pas avoir.

Cet article est librement inspiré d’un article en anglais d’Andy Molinsky, Professeur de Management International et Comportement Organisationnel à la Brandeis International Business School, disponible ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *