Beaucoup de personnes éprouvent de réelles difficultés à dire non, à refuser une demande, une invitation ou une proposition. Elles se sentent obligées d’accepter parce qu’elles pensent que leur refus va heurter l’interlocuteur et veulent à tout prix éviter de se retrouver dans une situation qu’elles assimilent à une situation de conflit.

Voici une méthode en trois étapes pour apprendre à dire non plus facilement.

Etape 1 : se préparer à dire non

Les questions fondamentales à se poser avant de répondre à une proposition sont :

Est-ce que j’en ai vraiment envie ?
Est-ce que le fait d’accepter me rend joyeux et fait sens pour moi ?
Est-ce que je vais regretter d’avoir accepté quand l’événement va approcher ?

OU

Est-ce que j’ai juste l’impression que je DOIS accepter ?

Si la réponse à l’une ou aux trois premières questions est un oui franc et massif, cela signifie que votre décision d’accepter est fondée sur une motivation profonde qui vous anime, vous ne devriez donc pas regretter cette décision plus tard.

En revanche, si la réponse à l’une ou aux trois premières questions est négative, ou si la réponse à la quatrième question est positive, cela signifie que vous ferriez mieux de refuser en disant non de la manière la plus appropriée, comme nous allons le voir à l’étape 2.

Etape 2 : différentes façons de dire non

Voici quelques façons de dire « non » tout en ménageant votre interlocuteur :

  1. « Merci pour cette proposition, mais cela ne vas pas être possible pour moi »
  2. « J’aimerais beaucoup, mais je suis indisponible jusqu’en février, pouvez-vous me re-contacter à ce moment là? »
  3. « Aucune de ces dates ne me convient, mais j’aimerais vraiment qu’on se voie, peux-tu m’en proposer d’autres? »
  4. « Merci, mais je vais devoir refuser »
  5. « J’apprécie beaucoup votre proposition, mais j’ai déjà d’autres engagements »
  6. « J’aimerais pouvoir vous dire oui, mais cela ne vas pas être possible pour le moment »
  7. « Laissez-moi vous dire ce que je peux faire… » Et limitez votre engagement à ce qui est réellement confortable pour vous !

Etape 3 : ne pas regarder en arrière

De nombreuses études suggèrent que lorsque nous prenons une décision de telle sorte que nous puissions changer d’avis plus tard, nous avons tendance à être beaucoup moins satisfaits des décisions que nous prenons.

Ainsi, une fois que nous avons décliné une invitation, une proposition, une demande, il est important de se concentrer sur les aspects bénéfiques pour nous de ce refus, et non sur les regret ou de culpabilité liés au fait d’avoir refusé.

Par exemple, peut-être que le fait de n’être pas allé à telle soirée va nous permettre d’être en meilleure forme, ou peut-être éprouverons-nous moins de ressentiment en ayant laissé quelqu’un d’autre apporter son aide à notre place.
Peut-être qu’avoir été capable de dire non à telle chose a permis de dégager du temps pour une autre activité, plus joyeuse !

Quel que soit le cas, portez votre attention sur les conséquences positives du fait d’avoir réussi à dire NON !

Car après tout, apprendre à dire non est le premier pas pour identifier et apprécier pleinement les choses qui nous correspondent et vivre de plus en plus en accord avec soi-même.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *